Santé du Main Coon

Le Maine est le descendant de principalement cinq chats, « les chats fondateurs ». Ces cinq chats donnant des très bons résultats en exposition, ces chats furent utilisés de manière intensive pour développer la race, à tel point que la consanguinité devint importante.

Ainsi, comme tout chat de race à consanguinité importante, le Maine Coon est sujet à certaines maladies :

C’est une maladie de l’adulte et du jeune adulte qui touche les chats sans pedigree ainsi que les chats de nombreuses races, les chiens, les porcs et les humains.

L’origine de la maladie peut être congénitale, héréditaire ou bien acquise (soit une conséquence d’une autre maladie par exemple).

Chez le chat c’est une forme héréditaire. Elle se caractérise par un épaississement anormal des parois musculaire du cœur. Les chats atteints peuvent avoir du liquide dans les poumons provoquant une toux et sont facilement essoufflés.

Il est plus de déconseillé de faire reproduire un chat atteint de HCM.

Il est fortement conseillé de faire tester par ADN avant leur mise en reproduction

La dysplasie des hanches handicape le chat pour se déplacer et sauter. C’est la tête du fémur qui ne s’articule pas bien au niveau du bassin. Il n’existe pas encore de test ADN pour faire un dépistage. Il est possible de faire une radio des hanches afin d’éviter les mariages à risques. La radio devra être envoyer à un vétérinaire faisant partie du programme HD de pawpeds ou par l’OFA (Orthopedic Foundation for Animals) qui évaluera les clichés suivant cinq « grades »

C’est une maladie génétique et hérédiataire affectant les reins qui touche environ 1% des Maine Coon. Elle induit la présence de kystes dès la naissance et en général sur les deux reins.

Un test ADN est très fiable, de ce fait on peut déterminer si un chat porte ou non la mutation causant la PKD. Par contre, ce test ne fourni pas d’information sur la taille ou le nombre de kystes. Le test ADN est utile pour les très jeunes chats, car ils peuvent présenter des kystes si petits qu'une échographie ne permettra pas de les détecter, ou pour les chats dont le résultat échographique est douteux (un animal avec un kyste sur un seul rein par exemple).

C’est une maladie neuromusculaire héréditaire qui est visible chez les chatons dès trois à quatre mois. Elle affecte le fonctionnement des muscles. Après 4 à 8 mois de progression de la maladie, l’état du chat atteint peut se stabiliser. Certains chats sont capables de se déplacer et peuvent vivent plusieurs années. Le dépistage se faire aussi par un test ADN.

Il faut tester chaque reproducteur, un chat issu de deux parents indemnes (non porteur) n’a pas besoin d’être testé.

  • Déficience en Pyruvate Kinase (PKDef).

La PKDef provoque une anémie hémolytique chez le chat de gravité variable.

Il faut réaliser pour chaque reproducteur le test ADN qui se fait qu'une fois dans la vie du chat. De plus, un chat issu de deux parents déjà testés indemnes (non porteurs) n'a pas besoin d'être testé puisqu'il n'a pu hériter de ses parents qu'un jeu de deux allèles normaux, à condition bien entendu d'être sûr de sa filiation